Fast, easy and free

Create your website now

I create my website

voie verte de la ligne caen flers 5

Voyages au pays des Passages Ă  Niveau

Au printemps, les digitales de la voie verte

Bonjour, je voudrai un billet pour Mutrécy..zut le guichet est fermé, je vais donc m'y rendre à vélo.

Au départ de Thury Harcourt, le tunnel du Hom passé, nous rentrons au pays des digitales et des couleurs vert tendre de ce petit coin de la Suisse Normande.

Le premier passage à niveau se présente quelques centaines de mètres après le tunnel, le n°18 , ce n'est qu'un passage non gardé qui était équipé de barrières pour le passage d'un chemin privé.

Après une longue courbe, nous atteignons le passage à niveau n°17, il est resté dans son jus.

Totalement isolé, il rappelle que le seul lien de la garde barrières restait le train, le chemin de terre qui y menait ne servant que très occasionnellement.

Juste après ce passage à niveau, le repère du point kilométrique 263, reste un souvenir d'une époque de cantonnement établi.

A noter que la ligne a gardé pour le moment la majorité de ses repères....jusqu'à quand ?

Deux kilomètres plus loin, une maison de cantonnement est restée, elle était équipée d'une cheminée, d'une table et de quelques chaises.

Le passage à niveau n°16 indique coté voie l'heure.

Totalement rénové, il a été agrandi par son propriétaire qui semble apprécier le lieu, entretenant aussi la voie sur une centaine de mètres jusqu'au point de jonction avec le puit qui alimentait le passage à niveau.

Nous passons le point kilomĂ©trique 261, encore un petit kilomètre et nous  arriverons  Ă  la Halte de Grimbosq

La halte reconstruite dans les années 50, n'était auparavant qu'une simple maison de garde barrières qui se situait de l'autre coté de la route.

Ce passage à niveau n°15 a été détruit lors du bombardement du pont de Brie.

De style reconstruction, la halte est de plus grande taille que l'ancien passage à niveau pour répondre au besoin de confort et apporter un service de colis attendu.

Le quai toujours présent sert de terminus au vélorail.

Deux traverses bloquent la voie pour indiquer la fin du parcours.

Juste après la halte, le point kilométrique 260, nous approchons du changement de traverses...

500 m plus loin, les traverses en bois sont remplacées par des traverses en fer.

Sur la traverse avant le changement est indiqué 59500 rappelant que nous sommes au point kilométrique 259,5.

Dans les années d'après guerre, les traverses manquent cruellement, la rénovation de la ligne se fera vers Caen en traverses fer.

Le panneau S indiquant de siffler au passage à niveau non gardé n°14 est le dernier encore présent sur cette section de la ligne Caen-Flers, les autres ayant été détruits lors de la création de la voie verte.

Voici le point kilométrique 258, puis c'est le passage à niveau N°13, le rendez vous des inconditionnels pêcheurs.

La voie s'encaisse, contournant la forĂŞt de Grimbosq pour atteindre le viaduc de Sainte Anne, qui demande un arrĂŞt pour admirer le paysage.

Une arche du pont détruite en 1944, n'a été que partiellement reconstruite, il en sera de même au prochain viaduc situé quelques centaines de mètres plus loin, le viaduc de Pouquet.

Le passage à niveau n°12 dit des cuillières correspondait à un lieu de rencontre avec un embranchement particulier qui desservait l'usine qui construisait et réparait des wagons et locotracteurs.

Dans l'usine, il reste des voies de chemin de fer.

Le vélorail poursuit vers la gare de Mutrécy au lieu dit le Pont du Coudray.

Après avoir dominé la rivière du haut de la plateforme puis passé un passage à niveau non gardé, se présente le

la gare de Mutrécy, lieu de stationnement de l'association des vélorails de la vallée de l'orne, terminus de ce petit tour de vélo.

La fin de la bifur de Cerisy Belle Etoile

Il y a un quart de siècle, la ligne était coupée de la ligne Paris-Granville, début d'une fin annoncée.

La SNCF fait bien les choses, indiquant que le signal de voie n'est plus opérationnel, dès fois qu'un train en provenance de Caen arriverait à la bifur....

Voyage de Luc au pays des ronces

Aujourd’hui, jeudi 25 juin 2015, je voulais aller au tunnel des Gouttes (c’est ma photo) après Clécy, entrée versant Nord
 RatĂ©, ratĂ© et encore ratĂ© !
 Ă€ cause de quoi ? Des ronces de la SNCF !
Oui monsieur : accès impossible. Rien vu. Walou. Des nèfles, nada. Alors là, bravo !
 J’ai juste dĂ©couvert la jolie et entretenue gare de la Lande ClĂ©cy juste avant le tunnel des Gouttes.
De là, j’ai progressé de 15 m sur les rails. Puis...
Bloqué. On ne passe pas.
Je suis vert.
Je te remettrai quelques retraitĂ©s cheminots au taf moi ! 
J’ai eu beau questionner les voisins du tunnel, dont une garde barrière en retraite et sa fille qui ont déjà été plusieurs fois dans ce foutu tunnel,
personne ne sait comment on y va aujourd’hui.
Incroyable !
Le gros bonhomme du lieu-dit “La Rue” m’a conseillé :
“suivez les rails”
Champion du monde !
Ne pas oublier sa débrousseuse et des citernes de Roundup interdit.
La dame garde-barrière en retraite le déplorait :
la SNCF n’entretien rien.
Bon, d’après elle, le dernier train à passer là
fut un train de minerai de Saint-Clair-de-Halouze en... 1978-79 !
J’y retournerai cet hiver quand il y aura moins de végétation et de serpents.
À coup sur, la photo qui m’aura demandé le plus d’effort et de temps, et de loin.
- l’itinéraire provisoire de la Vélo Francette entre Thury et Clécy
est très difficile avec des passages à 13 %.
J’insiste : très difficile. Plus d’un cyclos  sera surpris.
- des serpents sur la vélo Francette.
J’ai même failli rouler sur un.
J’ai alors pensé à l’axiome de Jean-Pierre François entendu hier lors de la sortie club :
“T’avances pas, toi !”
- un taureau en liberté avec intervention des gendarmes en cours.
Le con de taureau était tout penaud quand la lumière fut dans son cerveau :
“Merde, je suis du mauvais côté du barbelé !”
Les gendarmes patientaient prudemment dans leur Kangoo.
Ils attendaient que le propriétaire de l’intrépide bovidé fisse son courageux travail de remise en place.
J’ai aussi vu un pont sur l’Orne assez costaud comme pont, presque un viaduc, totalement inconnu.
Forcement, on roule le nez dans le guidon et on ne voit rien !
Je pense que le futur itinéraire pour Clécy 2016 passera sur ce pont-viaduc sur la plate-forme ferroviaire, au plus près des rails et de la vallée de l’Orne.
- J’ai aussi vu des baigneuses dans l’Orne paradisiaque,
mais là je n’ai pas osé prendre une photo.
Je me suis approché, ignorant les regards noirs,
en faisant mine de photographier le viaduc de la Lande Ă  ClĂ©cy. 
Séquence “vaut le voyage”.
En fait, tout Ă©tait beau de partout.
La lumière sans doute.

Bref une très chaude (33°C) et très chouette journée de vélo
comme toujours en Suisse normande.

L'histoire de la ligne en 6 chapitres

Caen-Flers chapitre 1 : www.voievertedelalignecaen.sitew.fr

Caen-Flers chapitre 2 : www.thuryharcourt.sitew.fr

Caen-Flers chapitre 3 : www.berjou.sitew.fr

Caen-Flers chapitre 4 : www.voie-verte-de-la-ligne.sitew.fr

Caen-Flers chapitre 5 : www.lignecaenflers.sitew.fr

Caen-Flers chapitre 6 : www.voievertedelalignecaen.sitew.org

Pour Ă©crire

railsuissenormande@gmail.com